L’internat vu par deux volontaires Vidès

L’association internationale de volontariat salésien appelée « Vidès » demande aux jeunes de partager la vie et la mission d’une communauté en Belgique ou en France pendant un mois avant de partir au loin … Notre internat a eu la joie d’accueillir deux charmantes volontaires Vidès : Carine Cuinet et Anne Schockaert …

Après un mois à l’internat, Carine et Anne, toutes deux infirmières fraichement diplômées, répondent à nos questions.

Sr Anne : Où allez-vous partir et pourquoi ?

Carine :
Je vais partir pendant 6 à 8 mois aux Philippines. En effet je voulais partir dans un pays d’Asie anglophone. J’ai  déjà été au Cambodge et cela m’a beaucoup plu.

Anne : Moi je pars au Mexique, et dans 3 buts : découvrir un pays dans un travail de service, pouvoir pratiquer l’espagnol et en vue de travailler un jour comme infirmière à l’étranger pendant un temps.

Sr Anne : Que retenez-vous de votre passage à l’internat ?

Anne
: J’apprécie la simplicité des échanges en communauté. Le fait d’être toujours encouragée dans ce que je faisais avec les enfants. La notion de confiance. Etre bien associée à l’esprit de Don Bosco : Je prenais exemple de ce que je voyais chez les sœurs pour pouvoir faire de même.
On grandit soi-même en éduquant les enfants, en apprenant, on apprend soi-même.

Carine : Mon rôle : accompagner un éducateur (participer aux activités d’un même groupe),  être auprès des enfants, les aider aux devoirs.
J’ai bien aimé la vie communautaire. Vous êtes comme une famille, toutes différentes mais vous avez toutes quelque chose en commun. Vous êtes toutes encore jeunes, vous rigolez beaucoup. On se sent bien accueillie. Nous sommes prises sous vos ailes.
Etre avec une autre volontaire VIDES est aussi une chance ; en plus nous avons fait les mêmes études (infirmière). Nous nous sommes soutenues.
J’ai été interne mais je n’ai jamais eu d’activités comme ici. Ici, les enfants sont bien encadrés.

Sr Anne : Que retenez-vous de l’esprit salésien, de la « salésianité » ?

Carine :
La volonté d’aider les enfants à grandir, s’épanouir, à se construire un avenir.
Etre ferme dans la douceur.
Leur faire comprendre leurs erreurs, ne pas crier mais les faire réfléchir sur leurs actes.

En commençant par la droite : Anne, Carine et deux anciennes volontaires : Sophie et Mercedes.

Anne : simplicité, esprit fraternel, de famille, joie, confiance en chaque personne qui permet de progresser, de grandir. Et l’amour qu’on essaye de donner dans chaque chose que l’on fait. On essaye de transmettre ça aux enfants.
J’ai eu la possibilité de faire l’expérience de ce que je voyais en formation ici (film de Don Bosco…)

Sr Anne : Quels avantages voyez-vous à cette expérience ?

Anne :
Cela me donne une vue d’ensemble de la façon de vivre d’une communauté salésienne, de la façon d’éduquer les enfants comme Don Bosco. Mais bien sûr au Mexique, il y aura un autre contexte culturel.

Carine : Ce stage a été utile pour vivre en communauté, expérimenter ce que sont les salésiennes avant de partir. Je n’avais pas d’expérience auprès des enfants, cela m’a permis de m’en faire une en milieu francophone avant de me lancer en anglais.